User Profile

Vincent Mousseau

vmousseau@millefeuilles.cloud

Joined 1 year, 8 months ago

Doctorant et travailleur social basé à Tiohtià:ke (Montréal). Profitant d'un mode de vie à l'abri des algorithmes manipulateurs des géants du web.

PhD student and social worker based in Tiohtià:ke (Montréal). Trying to live a life less controlled by the algorithmic manipulation of the tech giants.

This link opens in a pop-up window

Vincent Mousseau's books

Stopped Reading

2024 Reading Goal

37% complete! Vincent Mousseau has read 9 of 24 books.

Roman sans rien (Paperback, Français language, VLB Éditeur) No rating

Ce serait un livre de madame, un livre avec un verger Antoine Charbonneau-Demers sur la …

Il y a quelque chose comme une parenté entre les homosexuels que je rencontre dans ce voyage, peu importe leur âge, leur ville ou leur classe sociale. Une envie de luxe, de statut, d'image. Nous sommes prêts à tout pour exister: dormir par terre dans les déchets pour un sac Birkin, ou pour qu'un célèbre photographe nous immortalise.

Roman sans rien by  (Page 110 - 111)

Roman sans rien (Paperback, Français language, VLB Éditeur) No rating

Ce serait un livre de madame, un livre avec un verger Antoine Charbonneau-Demers sur la …

Le temps est ensoleillé de la même façon aujourd'hui, et je suis encore dernière minute, mon loup, sauf que ma mère est morte et ne m'appellera pas. Ça fait bientôt huit mois que je vis avec ce manque. L'épreuve la plus difficile du deuil, c'est ça, c'est le téléphone, je le répète souvent. Je l'ai dans les mains, mais il n'y a personne au bout. Tout le monde s'offre à la place de ma mère, mais non, arrêtez, je ne veux pas vous appeler. Maintenant, quand un événement heureux m'arrive, je dois en ravaler l'histoire, de sorte que mon récit se replie sur lui-même, à l'intérieur de moi. La laveuse chante la fin de la brassée et sa chanson sonne comme la voix de ma mère.

Roman sans rien by  (Page 45)

Discours Sur Le Colonialisme (Paperback, French language, 2000, Presence Africaine) No rating

Il faudrait d'abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l'abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu'il y a au Viêt-nam une tête coupée et un œil crevé et qu'en France on accepte, une fillette violée et qu'en France on accepte, un Malgache supplicié et qu'en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une égression universelle qui s'opère, une gangrène qui s'installe, un foyer d'infection qui s'étend et qu'au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l'Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l'ensauvagement du continent.

Discours Sur Le Colonialisme by  (Page 12)

Un certain art de vivre (Paperback, Français language, Boréal) 4 stars

Les gens veulent savoir d'où naissent toutes ces idées qu'ils découvrent dans les livres. Il ne leur est jamais venu à l'esprit qu'elles viennent d'eux. Sans cette modestie du lecteur, il n'y aurait pas de littérature. Ma vanité me fait croire que cette approximative réflexion aurait plu à Borges.

Un certain art de vivre by  (Page 128)

Un certain art de vivre (Paperback, Français language, Boréal) 4 stars

Visiblement l'homme n'était pas conçu pour la station verticale. À le voir à quatre pattes, on comprend mieux le projet. La tête en avant, le cou bref, les épaules larges, et un long dos qui se termine par des fesses rebondies ou plates. Si on était resté à quatre pattes, on n'aurait jamais rêvé de domestiquer le cheval. Et sans cette idée de se faire transporter, on n'aurait pas pensé à la voiture. Et donc on aurait été moins bête.

Un certain art de vivre by  (Page 119)

Un certain art de vivre (Paperback, Français language, Boréal) 4 stars

Aujourd'hui, à soixante-dix ans, je réponds non à tout. Il m'a fallu près d'un demi-siècle pour retrouver cette force de caractère que j'avais au début. La force du non. Se tenir debout derrière son refus. Presque rien qui mérite un oui. Trois ou quatre choses au cours d'une vie. Sinon il faut répondre non sans aucune hésitation.

Un certain art de vivre by  (Page 70)